La femme enceinte, la personne à abattre…

75941448Une amie m’a envoyée cet article hier « Je suis enceinte et j’ai le culot de chercher du travail« .
Ma petite âme féministe a sauté hors de mon corps pour se mettre à râler très fort. L’article (ainsi que les commentaires…) m’a à la fois étonnée, dégoutée, et fait réfléchir. Tout ça, sans cesser de pester.

Pour résumer l’article, l’auteure cherchant du travail pendant sa grossesse fait face aux refus des futurs employeurs ainsi qu’aux remarques peu encourageantes concernant cette quête qui leur paraît complètement stupide pour une femme dans « sa condition ».
Une phrase m’a choquée « Enceinte je suis, écartée du monde du travail je resterai. »
C’est très dur comme réflexion, mais à la lecture de l’article cela parait si vrai.

J’ai été recruteuse moi même, et manager de services de taille plus ou moins importante, je n’aurais jamais ni porté de jugement sur la grossesse d’une future collaboratrice (ni celle d’une collaboratrice en poste d’ailleurs. Au contraire, c’est l’occasion de fêter un évènement heureux), ni pris en compte ce critère comme un motif de non sélection.
Mon dernier employeur avait recruté une femme enceinte à un poste à responsabilités, je n’avais pas à l’époque eu l’impression qu’il était un héros pour autant… Là, je me dis que cet homme était un saint.
Bien sûr que cela se réfléchit, cela implique une organisation en trois étapes (grossesse-congé mat’-retour) mais je ne passerai jamais à coté d’une candidate de qualité parce qu’elle a décidé (ou non d’ailleurs) de faire un enfant. Ce serait hérétique ! Je le prendrai en compte dans mon planning, mes projections, je réfléchirai à long terme, mais cela ne bloquerait nullement ses chances d’intégrer mon équipe. Il ne manquerait plus que ça.

Et on parle des femmes, qui certes sont soumises de toutes façons au congé maternité (4 mois hein, en cumul avant/après grossesse, pas 2 ans non plus les gars), mais les pères aussi peuvent prendre le relais de la mère et poser un congé parental. Et oui, c’est un droit. Alors quoi ? On interdit les futurs parents dans les entreprises ? Stérilisation pour tous ? Vasectomie et ligature pour s’assurer un personnel dévoué ?
Et encore, s’ils ont déjà eu des enfants, les sagouins peuvent poser des jours « enfants malades », ont besoin de congés pendant les vacances scolaires, ont des impératifs d’horaire parfois… N’embauchons que des pré-pubères, on sera tranquille !

Les employeurs devraient commencer à vraiment réfléchir avec leur tête plutôt que leurs clichés, ça ferait du bien à tout le monde.

Publicités

11 réflexions au sujet de « La femme enceinte, la personne à abattre… »

    • Oui mais ça veut dire qu’elles sont vieilles et donc plus de chance qu’elles tombent malades. Du coup on se demande si elles veulent pas bosser juste pour avoir une bonne mutuelle ces petites malignes.

  1. Malheureusement beaucoup d’employeur pense pas spécialement a long terme quand ils embauchent, et c’est bizarre. Je veux dire, logiquement tu vas rester un élément de l’entreprise un bout de temps, alors pourquoi ne te projetais que sur les mois a venir et non pas sur la production a long terme. Un employer qui recrute une femme enceinte voit une employée qui a peine formée (ou pas encore, suivant le poste) va partir 4 mois, donc autant prendre quelqu’un d’autre, sinon va falloir re-recruter un CDD dans quelques mois.

    Dans mon poste actuel, quand j’ai été recruté, y a 3 ans, on m’a dit ( ils étaient 3 : 2 hommes 1 femme et c’est ma chef qui m’a dit la chose suivante) : « Ha mais vous avez pas d’enfant ? (Ben non, mais bon a 26 ans j’ai pas encore envie) mais vous en voulez ? (Ben oui mais pas maintenant). Ha donc vous allez être en congé mat un jour … (Euh oui c’est le principe, mais c’est pas encore d’actualité). Donc comme quoi les mentalités c’est pas que des mentalités masculines.

    Et d’ailleurs j’ai repris mes études et si tout se passe bien j’en sortirai dans 2 ans, ce qui repousse mes envies d’enfant (parce qu’à 29 ans je commence a en avoir envie) de minimum 3 ans parce qu’une fois que j’aurais obtenu mon diplôme pour change de boulot, encore faudra-t-il que je le trouve ce boulot et seulement après je pourrais envisager de pondre parce que j’ai peur que ce soit « mal vu » avant 😦

    • Mal vu ou pas, une femme comme un homme a le droit de faire ce qu’il veut de sa vie personnelle bon sang d’bois.

      En fait ce qui me bouffe, c’est que la femme soit vue comme une machine à procréer qui ne saura pas gérer enfant et boulot. Comme si nous étions trop stupides pour réussir à maitriser plusieurs centres d’intérêt.
      Et les hommes ? Le jour où nous aurons un enfant, mon coloc’devie rêverait de s’arrêter de bosser pour élever le petit, pas moi. Peut être que c’est lui qui demanderait un mi-temps, pas moi. Mais ça ne vient à l’idée d’aucun recruteur qu’un homme puisse aussi avoir ce type d’envies. C’est ancré dans les mentalités que femme = mère = instinct maternel = monde centré autour de ses enfants.
      Mais oui, quand tu as des enfants ton monde change, tes priorités aussi, mais ça vaut aussi pour le père, et d’ailleurs depuis quand un changement t’empêche d’être efficace et compétent ?
      Etre enceinte va te faire t’absenter obligatoirement 4 mois de ton poste de travail (ou un chouilla plus avec un congé patho et des vacances collées au congé mat’), oui, c’est un fait. C’est même le seul fait dont un employeur peut être certain. Il faut arrêter de supputer pour le post-congé mat’ et croire que la mère devient une source d’inconvénients et d’absences.

      Sinon quoi ? On va arriver à pas recruter de femme en âge de procréer, ni d’homme d’ailleurs (là le créneau est très large), pas de parent, pas de grand parent, des bilans de santé parce qu’une personne qui développe un cancer va s’absenter bien trop longtemps hein et ça fait suer, l’engagement des employés à ne jamais s’absenter plus de 2 semaines peu importe la raison sous peine de pénalité d’absence (hors dégrèvement de salaire bien entendu)…

      Alors je me demande c’est quoi le salarié idéal ? Un robot non ?

      (ch’uis fachée hein)

      • T’es un poil énervée mais c’est compréhensible.

        Non mais t’as raison, bientôt ce sera la productivité a tout prix !!!

        Et puis bon. Quelle idée de vouloir travailler pour une femme ??? C’est pas sa place xD

  2. En tant que papa qui a pris un congé parental d’1 an et 1/2 je valide tout ceci…. je me suis entendu dire que je ne ferais plus partie des profils « prometteurs » et qu’il fallait que je refasse mes preuves a mon retour…. et que fait on de mes années passé avant ????? aux chiottes… Merci le monde du travail

    • Oh je t’embrasse fort !! Merci pour ce témoignage de papa. Oui ça existe bien les pères qui prennent des congés parentaux.
      L’attitude de l’entreprise n’est pas sectaire pour le coup, elle est aussi discriminante pour femme que pour homme. De toutes façons, les boites n’aiment pas qu’on aille un peu voir ailleurs que ce soit en congé parental, sabbatique ou même un fongecif. Le retour est toujours houleux, et effectivement, tu repars quasi à zéro en quota de confiance.
      Honteux.

  3. « De toutes façons, les boites n’aiment pas qu’on aille un peu voir ailleurs que ce soit en congé parental, sabbatique ou même un fongecif. Le retour est toujours houleux, et effectivement, tu repars quasi à zéro en quota de confiance. »
    et c’est bien pour ca que j’espère ne pas revenir après mon fongecif mais d’avoir trouver, pendant mes 6 mois de stage, un cabinet/entreprise interessée par mon nouveau profil …

  4. Ce genre de trucs me rend hystéro !!! Genre « Bonjour je suis un utérus sur pattes qui va te cause des emmerdes »… mais FUCK !
    Il y a 25 ans ma mère a dit à son boss qu’elle était enceinte alors qu’elle était encore en période d’essai, ça lui paraissait naturel de lui dire et elle n’a jamais pensé que ça pouvait lui nuire… 25 ans après elle est toujours dans la même boite et je comprends pourquoi (voyons le coté positif, il y a des gens biens !)

  5. Surtout que quand il s’agit d’embaucher des « pré-pubères » (comprendre par là: jeunes diplômés qui n’ont pas encore dans les projets de faire des enfants ^^), on les refuse parce qu’ils n’ont pas assez d’expérience!
    J’ai l’impression qu’aujourd’hui, toutes les raisons sont bonnes pour ne pas embaucher!

    • J’ai lu un article qui disait que les entreprises avaient de plus en plus de mal à recruter les bons profils. De là à dire qu’elles sont sur-exigeantes, ça paraitrait normal. Les boîtes ont oublié qu’elles étaient aussi là pour faire apprendre de nouvelles choses, et ne se basent que sur les compétences acquises, sans se projeter sur le potentiel du candidat.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s