Hey toi, faut qu’on parle…

Angela 15 ansDonner des conseils est un exercice très périlleux. C’est un peu se mêler de ce qui ne nous regarde pas vraiment, et surtout nos conseils seront forcément teintés de notre propre expérience et notre interprétation. Objectivité : bof. Périlleux, je vous dis !

Encore plus quand ils s’adressent à une adolescente de 15 ans bourrée d’idéaux, de rêves et qui a tout à entreprendre. Ce qu’on a la tête dure à cet âge-là. On pense tout savoir, tout comprendre et que la Terre tourne autour de soi, alors les conseils des « vieux », on n’en a que faire, puisque de toutes façons, ils ne savent pas ces cons !

Si je tentais le coup, en quelques lignes, cela donnerait sûrement ça :

– Non, tes parents ne sont pas des tortionnaires. Ils pensent juste à ton avenir (c’est-à-dire à autre chose que ta soirée chez Gaëlle de samedi).
– Non, ce mec n’est pas l’homme de ta vie. Tu vas y croire suffisamment longtemps pour te casser le nez. Mais il paraît que ça forge le caractère.
– Oui, le bac c’est facile. On en fait tout un plat mais ce n’est qu’un examen. Apprends à gérer ton stress et tout se passera très bien.
– Oui, tu as raison d’apprendre à bien te faire les ongles, ça te servira pour plus tard.
– Non, le mini kilt ce n’est pas classe, c’est chagasse.
– Oui, tous ces trucs à apprendre te serviront plus tard. Même qu’on appellera ça : la culture générale.
– Oui, passe ton permis à 18 ans, ce sera toujours ça de fait. Plus tard, ce sera chiant et l’idée de te taper des heures de cours avec des ados te gonflera au plus haut point.
– Non, la crème de marrons ne compte pas comme un fruit dans ton quota.
– Oui, avoir l’esprit de contradiction c’est super marrant, sauf que parfois il te faudra reconnaître que l’autre a raison, tu en sortiras grandie.
– Non, tu ne sais pas tout. Écoute un peu les conseils de ton entourage, tu gagneras du temps.

Ce monologue face à l’ado insouciante, c’est celui que j’aimerais avoir avec moi-même. En ce moment, je repense nostalgiquement à cette période un peu charnière où le monde semble à la fois plein de promesses et si hostile. Ce serait si pratique de faire un bond dans le temps pour corriger une énorme bêtise (ne pas prendre des santiags rouges, non vraiment, choisir les noires serait plus sage), mieux réviser cet exam’ de mathématiques, ne pas rencontrer ce type qui squattera un peu trop longtemps cœur & pensées, ou juste glisser un petit mot dans la poche de notre jeans pour donner quelques consignes pour les années à venir… Donner un petit coup de pouce au passé pour se mettre sur de bons rails.

Comme m’a dit un sage une fois « il faudrait une vie pour apprendre, et une vie pour vivre ».

Pour le voir,clique ici.

Publicités

10 réflexions au sujet de « Hey toi, faut qu’on parle… »

  1. Mais comme toute ado, tu ne t’evouteras pas plus qu’un autre adulte. Et puis, c’est ton moi passe qui a façonné ton moi présent, tu ne serais pas la même sans lui et ses erreurs et expériences 😉

    • Mmmm si c’était moi-même je ne sais pas. Y’a quand même quelques trucs que j’aimerais un peu plus creuser et perdre moins de temps sur d’autres. Je ne suis pas sûre que aller en boite tous les soirs plutôt que réviser mes cours de russe a vraiment fait de moi ce que je suis : )

      • Certes, mais est-ce que si tu étais devenue interprète russe ou si tu étais partie vivre en Russie, en serait-tu plus heureuse ? Il fait froid la bas :-p

      • J’aurais adoré. J’aime les pays froids. Je suis la nana qui fuit les plages et les pays chauds.
        Ce que je veux dire c’est que parfois, on s’éloigne de choses qui paraissent futiles alors qu’elles ne le sont pas tant que ça. J’aimerais avoir été une ado avec le sens des priorités en fait.

      • Je comprends mais on a tellement de responsabilité et on est tellement obligé plus tard d’avoir et d’écouter notre sens des responsabilité, que c’est bien aussi d’avoir été insouciante, un temps. Moi j’ai pas été une adolescente délurée, ni même juste fun, je m’amusais pas, n’osais jamais rien, j’avais justement un peu trop le sens des responsabilités, au point de me mette une pression énorme et de m’interdire pleins de choses parce que « pas raisonnable » que du coup, a 28 ans, j’ai l’impression d’avoir pas eu de jeunesse 😦

      • En même temps je dis ça, mais si je pouvais revenir en arrière je dirais a mon moi passé de serrer les dents, que la roue va finir par tourner et de ne pas les laisser avoir autant d’emprise sur elle en lui gâchant son adolescence car non elle ne finira pas seule et vierge parce que trop grosse et moche et qu’au contraire elle deviendra une « bonnasse » qui respire le sexe xD et oui elle aussi trouvera quelqu’un qui l’aime pour plus ou moins longtemps xD

  2. Après une année difficile (pour lui), on se disait justement avec mon frère que ce serait super de retourner à nos 20 ans en sachant tout ce que l’on sait maintenant…

  3. Tellement vrai… Et votre dialogue, sushiesan et une pétasse, représente bien le tiraillement que je peux aussi ressentir depuis quelques années…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s