La femme, cet être grégaire…

Il faut vous y faire les filles, nous aimons évoluer en bande.
Il y a quelque part dans notre code génétique un besoin irrépressible de se composer une communauté.
Nous nous rassemblons autour du buffet des desserts. Nous allons aux toilettes pour papoter.
Nous faisons du shopping entre copines.
Nous adorons l’idée d’habiter dans le même immeuble que nos amies.

Oui, je suis pleine de clichés, mais ose me dire que je me trompe !

Les mecs fonctionnent en duo le plus souvent : avec son meilleur pote, avec sa nana, avec sa maman… Alors que nous, être hautement évolué, nous savons qu’à 4, nous sommes bien plus fortes et réussissons à couvrir plus de terrain que seule.
Lâche 4 filles dans un magasin (au choix selon leurs hobbies : de chaussures, de bricolage, de bouquins) et tu verras comme elles sont efficaces. Elles travaillent en groupe, s’aidant de signaux pour baliser efficacement l’espace, émettant des cris en cas de besoin d’attention, ratissant toute la zone avec une précision quasi militaire, le tout sans réel besoin en ravitaillement. Droit au but. Le soldat ultime, c’est une femme pendant les soldes Vanessa Bruno.

Quand tu as lu le titre, tu t’es dit : pourquoi grégaire ?
Parce que selon Larousse cela « se dit d’une espèce animale qui vit en groupe ou en communauté, mais sans structure sociale ». Et dans nos groupes féminins, je constate qu’il n’y a pas de hiérarchie imposée, pas de strates sociales, pas d’obligation. Même si chacune est différente (par l’expérience, la catégorie socioprofessionnelle, l’âge, le passif, etc), chacune est libre tant de ses choix que ses décisions, à la fois suiveuse et leader, force de proposition et en attente de conseils. Le groupe ne décide pas pour elle, elle décide de suivre le groupe. Nuance intéressante.

Nous ne nous rassemblons pas pour nous fondre dans la masse, nous le faisons pour le confort du groupe. Les liens que nous tissons nous aide à affronter la vie en étant plus forte. Le sexe faible disent les machos dans les dîners en ville, je dirai le sexe malin. Celui qui sait tirer partie des situations même les plus nouvelles, porté par le groupe. Celui qui sait s’appuyer sur les autres pour être lui même.

Force est de constater qu’étant une femme, je me sens poussée à me rapprocher de mes congénères. Je rêve de passer une semaine en Floride avec mes amies pour déguster des margaritas glacées géantes, cacaner à la machine à café avec mes collègues à propos du nouveau de la compta’, rejoindre un webzine de filles et participer désormais à la communauté So busy.
Je ne suis qu’un être grégaire… et j’en suis fière. Et toi ?

Pour le voir, clique ici.

 

Publicités

8 réflexions au sujet de « La femme, cet être grégaire… »

  1. Moi ? Je suis un mec et donc dès qu’on est au moins deux dans mon genre on forme une bande de cons comme disait l’autre. De temps en temps c’est bien. Mais comme la personne que je préfère c’est moi, je supporte très bien la solitude de l’ours mal léché que je suis.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s