Internet & les fringues…

J’aime à traîner sur les pages virtuelles de cet immense grand magasin qu’est le net. Il est 5 heures du matin, je suis blottie sous un plaid patchwork que ne renierait pas ma grand-mère, et je peux m’acheter un auto-cuiseur ou une caisse de Crozes Hermitage rouge (je te laisse deviner où va ma préférence).
Mais ma fascination, ce sont les fringues et surtout ces fringues qui me paraissent importables…

Je te fournis quelques exemples glanés sur Asos. (Asos, je t’aime, ne change pas).

Commençons par cette veste fort seyante.
Une ambiance un peu fourrure, un peu jungle, un peu sauvage, pour un look urbain et définitivement mode (comprendre : plein de couleurs qui font peur). Pour moi, on dirait juste qu’un enfant psychopathe s’est amusé à assembler les pelages d’animaux qu’il aurait dépecé…

 

Là ce n’est pas le top à paillettes le problème, étant grande fan du sequins (ce qui n’est pas facile à gérer dans la vie de tous les jours), mais plutôt de l’association entre ce top et ce short. Les motifs, les couleurs… Et qui sort avec ce genre de short ? Enfin short… Culotte serait plus adapté. Et y a t-il des bottes à paillettes qui vont avec cette tenue ? Tant qu’à être une Clodette…

 

J’ai presque envie de croire que la photo parle d’elle même. Ce n’est pas une combi, c’est un ensemble. Tu peux choisir de ne pas faire une overdose de motifs colorés bigarrés et fleuris. Car oui, ce sont des fleurs. Des fleurs sous LSD je pense, mais fleurs tout de même.

 

 

Donc cette robe, elle irait presque avec l’ensemble du dessus. Sans fleurs mais pleine de couleurs bien mélangées ensemble. Et là, on peut critiquer la forme, la transparence, ce court devant/long derrière, tout ça cumulé, ça fait un peu beaucoup.

 

 

Alors lui, c’est mon préféré.
Le cumul motif pied de poule format XL allié au coté fluo qui pique, c’est une vraie performance. (enfin dans cette sélection, c’est le seul choix que je pourrais porter). Je le trouve agressif ce pantalon.

 


Là, pareil, c’est surtout l’accumulation qui nuit. Le motif python en simili cuir, le coté tie and dye sur le milieu de la chaussure, le lien courant faussement sur le coup de pied et s’achevant par un gros nœud. L’ensemble est totalement déséquilibré.

 

Bah voilà, tu constates que le véritable problème c’est les mélanges. Les motifs, les couleurs, les formes, c’est comme les mandats, on ne peut pas les cumuler (sauf que pour les premiers, c’est plus un vœu pieu qu’une nécessité), ou comme les alcools, faut choisir son camp en début de soirée sous peine de finir entrain de rendre ses tripes.

De mon coté, je me demande encore qui sont ses stylistes (anglais surement, mais cela n’excuse pas tout) qui créent ces tenues, et surtout qu’elles sont celles qui les portent, même si pour cette dernière, un petit tour dans le métro suffit à me faire rencontrer de potentielles acheteuses…

Publicités

7 réflexions au sujet de « Internet & les fringues… »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s