Les entretiens d’embauche #2

Un jour, il y a presque un an, je te parlais de comment t’habiller à un entretien. Parce que c’est important d’être à l’aise dans ses vêtements.
Mais tu te demandes aussi ce que tu vas pouvoir raconter…

Il faut être concis sans être cryptique.
Il faut être enjoué sans paraître exalté.
Il faut donner envie sans surjouer.
Il faut être honnête tout en se vendant.
Il faut parler beaucoup sans paraître brouillon.
Il faut être souriant sans avoir l’air niais.
Il faut être posé sans être lymphatique.
Il faut être synthétique sans faire l’impasse sur l’important.

Il faut beaucoup de choses en fait, c’est un vrai casse-tête pour se préparer.
Et il ne faut pas être trop préparé pour garder de la spontanéité et un peu de fraicheur. Autant dire que l’exercice est périlleux.

Mon conseil se résumerait en trois mots. Rassurer. Sourire. Avoir envie.
Ce triptyque est celui qui fera la différence.
Parce que ton parcours, le recruteur l’a eu sous les yeux quand il a choisi ton cv, il a juste besoin de comprendre comment faire coller ton expérience à ses attentes. C’est là où tu le rassures, lui montres que ton expertise est celle dont il a besoin, que tu as bien pigé le poste. Tu mettras donc en avant pendant l’entretien tes expériences en rapport avec ce que tu auras compris du job proposé. Tu ponctues l’entretien d’un discours enthousiaste parsemé de sourire, et le tour est joué.

Il faut être naturel, le but étant que le recruteur sache à qui il parle et ait envie de bosser avec toi. Ca ne sert à rien de faire semblant, tôt ou tard le masque tombe et t’es souvent le plus emmerdé des deux.

Alors on prend son courage à deux mains, on bosse un minimum son entretien (ça veut dire connaître son cv et savoir l’expliquer), on reste souriant et ça se passera bien. Enfin, jusqu’au moment où il t’envoie bosser à 34km de chez toi pour la moitié du salaire que tu demandes, mais ça… c’est une autre histoire…

Publicités

4 réflexions au sujet de « Les entretiens d’embauche #2 »

  1. Rien que de te lire j’angoisse déjà. Mon dieu, je déteste ça. J’ai un peu l’impression d’être sur le banc des accusés ou dans le couloir de la mort, ça marche aussi.

    • C’est vrai que c’est toujours désagréable d’être scruté sous tous les angles. Mais il faut se rappeler que le recruteur est là pour te cuisiner, mais toi tu es aussi là pour recruter ton nouvel employeur ! Alors au lieu de subir le truc, il faut en être l’acteur principal.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s