La vie et ses surprises…

La vie, c’est un truc marrant qui se rappelle à toi sous la forme de plaisanteries pas terrible.
Tu vas retrouver tes lunettes alors que tu viens d’en acheter une nouvelle paire, croiser ton ex le jour où tu es le plus mal habillé(e) de toute l’année, être placé(e) la table au resto qui t’offre une vue imprenable sur ton patron que tu détestes, sortir de chez le coiffeur au moment où se pointe une averse… (que du vécu).

Comme Earl, je vais me demander si l’univers veut me faire passer un message, et me mettre à nettoyer mon karma…

Pourtant, je ne pense pas avoir une liste de mauvaises actions grande comme le bras. Mon credo étant de ne jamais faire à autrui ce que je n’aimerais pas qu’autrui me fasse, cela m’évite beaucoup de déconvenues. Alors certes, j’ai la rancune tenace. Si tu me marches sur les pieds, partant du principe que tu as lancé les hostilités (je parle d’une marche volontaire genre je tente de te piquer ton mec ou je te descends gentiment dès que tu tournes le dos), je me fais un plaisir de te rendre la pareille, le cran du dessus. Oui, en terme de passion vengeresse, je crois qu’il faudrait que j’expie mes péchés.
Mais quand bien même. Mon karma ne peut pas être aussi pourri que ça.
Alors pourquoi la vie, tu t’amuses à me faire des blagues ?

J’ai pourtant un peu l’impression d’avoir tout bien fait mon plan de route, avec les sections à péage et les aires de repos, comme si j’avais organisé les mois à venir avec une précision d’orfèvre, pour palier à toute tuile à la con sautant du toit de la grande surprise. Alors oui, tout est balisé, tout est étiqueté, tout est géré. Les délais sont connus, les devis sont estimés, les scénarios sont envisagés. On sait comment ça peut se passer, comment ça va se passer, comment ça ne se passera pas.
Mais la vie, cette petite rigolote, elle a décidé que mon plan, il était tellement bien que même l’Agence tout risques n’était pas capable d’en faire un aussi bien, et que du coup, bah fallait un peu jeter de l’huile sur la route pour voir si les pneus de nos certitudes s’accrochaient au bitume.

T’as gagné la vie. Je me pose des tonnes de questions, et je me mets à espérer que tu décides pour moi parce que je n’ai jamais su choisir entre des escarpins bleu électrique et des escarpins doré, alors entre deux alternatives séduisantes autant me demander si je préfère garder mes yeux ou mes jambes…

Donc là, on va garder les options viables, on va croiser les doigts pour tout, et quand viendra le moment de prendre une vraie décision, je ferai ça comme une grande, comme une adulte, comme une femme sûre de ses choix… Je ferai un plouf-plouf !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s