Paris…

Le blog a eu 1 an hier.

1 an de tribulations dans les rues de Paris (et d’ailleurs).
Ça m’a donnée envie de parler de cette ville, si chère à mon cœur, et qui en revanche m’exaspère de plus en plus.
Paris mon amour. Paris mon ennemi.

Si tu as envie de me faire peur, propose moi d’être mutée en Province, je deviendrai toute blanche, serai prise de tremblements et la bave aux lèvres, je te demanderai pourquoi. Ne nous méprenons pas, non pas que je n’aime pas la Province, qu’on soit bien d’accord, j’en viens (et on ne renie pas ses racines, c’est mal). Juste que la Province rime pour moi avec vacances, calme, nature et détente. Emmène moi surfer à Biarritz, magasiner à Lille, faire la route des vins à Strasbourg ou du bateau à Porquerolles, et je serai la plus gentille des partenaires de voyage. Mais y habiter, je suis navrée de dire qu’aucune ville n’a trouvé grâce à mes yeux pour y résider toute l’année.

J’aime Paris.
Les immeubles haussmanniens. Les grands magasins. Le métro aérien. Les gares. Les quartiers si différents. L’humeur de la ville. Les balades sur les quais de Seine…
Des centaines de petites choses qui font que j’aime y habiter.
Et qui font que je la déteste.
Je déteste Paris.
La ville est sale (j’en parlais là), et c’est de pire en pire. Cela démontre que ceux qui en arpentent les rues se moquent de plus en plus des autres. Le manque de respect, c’est devenu la règle numéro Uno de la vie à Paris.
On balance tout au sol, vachement plus simple que de jeter dans une poubelle.
On se gare n’importe où quitte à emmerder les piétons ou empêcher le bus de circuler.
On stagne sur les trottoirs en bande organisée (de mamans, de hipsters, de soiffards… ) comme si on était seuls au monde, en levant les yeux au ciel quand quelqu’un ose demander à passer.
On pousse, donne des coups de parapluie ou de sacs, bouscule.

Le civisme est mort à Paris.
Quand on en arrive à cette conclusion, mais que l’on aime encore la ville pour ce qu’elle vous inspire, on se dit qu’il faut prendre du recul.
Alors voilà, je vais prendre du recul. Je ne conçois même pas devenir comme « eux ». Je continue une résolution prise il y a quelques semaines « parler à un inconnu chaque jour ». Pas une drague hein, juste un sourire et quelques mots à l’arrêt de bus ou dans la file d’attente chez le libraire. Juste se dire que cette ville est encore un peu humaine.
Donc je vais prendre du recul, je tente de mettre quelques kilomètres entre Paris et moi.
Ce sera mon projet de l’année.

Paris, je t’aime, mais là, tu m’saoules.

 

 

Publicités

7 réflexions au sujet de « Paris… »

  1. Je vais rarement à Paris, mais j’ai remarqué un truc effrayant : outre l’impression que des gens me bousculent souvent sans s’excuser, la mine renfrognée et le pas crispé, pour peu que j’aie des contraintes horaires (rdv, correspondance de train…) je me mets à tirer exactement la même tronche et à être tout aussi impolie ! La folie des transports dans les grandes villes, peut-être… Qu’en penses-tu ? (Je te rassure, j’ai aussi plein de souvenirs chouettes de mes séjours :))

    • Pour avoir un peu voyagé et bossé à l’étranger, je dirais que c’est assez spécifique à Paris. Le parisien mettrait presque un point d’honneur à être détestable. En ce moment il pleut, bah on ouvre son parapluie dans les escaliers, hop, un coup dans l’oeil du voisin. Quand je prends les transports, j’essaie justement d’être « neutre », non pas que cela m’amuse d’être collée à un grand type qui a oublié l’usage du déodorant, mais cela ne fera pas passer mon voyage plus vite que de râler pendant tout le trajet.
      La ville est stressante, oppressante même, mais ne l’est elle pas dans toutes les grandes métropoles ?

    • Paris est bourrée d’avantages ! La culture, la vie, le mélange des genres… J’ai un profond attachement pour cette ville.
      Donc avant de la détester au point de vouloir égorger mon voisin à chaque (mauvaise) note de piano, je crois que je vais tenter de m’en échapper un peu 🙂

  2. On est un peu connectées sur nos articles (plus ou moins).
    Comme toi j’aime Paris, sa beauté, sa culture … la liste serait encore longue, mais malheureusement tout aussi longue que les côtés négatifs. La saleté, je trouve aussi que la ville devient de plus en plus dégueu et que les gens sont vraiment des gros dégueulasses. Et puis le/les parisiens, la circulation saturée …
    Cette ville me stresse autant que je l’aime. Mais je crois que je pourrais pas y finir ma vie, au risque de devenir barge.
    Je pensais aussi qu’aucune ville de France ne méritait qu’on y habite, jusqu’à ce que j’aille à Lyon … coup de foudre total pour cette ville, je m’y verrais bien poser mes bagages.

  3. Bon anniversaire.
    Une vieille histoire prétend que Dieu en ayant fini de créér le Monde se rendit compte que la France était trop belle et que c’était trop injuste pour les autres pays. Alors dans son infinie bonté, pour rétablir l’équilibre, il créa les Français.
    Paris n’est pas remplie de Parisiens, ça il faut déjà le savoir. Une personne sur deux que tu croiseras dans Paris n’est pas issue de l’Ile de France. Ce qui tord le cou à l’axiome provincial disant que le Parisien est malpoli, pas accueillant et fait toujorus la gueule dans la métro. Comme si c’était la fête du slip dans le métro à Lyon ou dans le bus à Toulouse. Mais bon c’est vrai que les gens sont cons et qu’on est tous le con de quelqu’un.
    Paris est extraordinairement belle, mais les gens y sont extraordinairement Français. Il faut arriver à se créer une bulle pour « tuer » les gens qui nous entourent.

    • Merci.

      Mmmm mais les vrais Parisiens sont rares, cela dit je crois que comme New York qui a son « attitude », Paris a désormais la sienne. On devient Parisien à trop y vivre. Clairement à Marseille comme à Lille, le métro, c’est pas la joie. Je crois juste qu’on ne respecte plus assez la ville et ses habitants. A trop être dans notre bulle, on oublie de se lever de son strapontin, de s’excuser quand on bouscule, et on s’octroie le droit de griller quelques places dans la queue… On croit que l’on vaut mieux que son voisin.
      La France, pays de contrastes, qui a les défauts de ses qualités.
      Vivement que je les apprécie de plus loin 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s