Le trône de fer…

Que se passe-t-il quand on mélange un peu de magie, de mythes, d’armures et un royaume à préserver ? On obtient un cocktail familier d’heroic fantasy allez-vous me dire. Certes, toutefois aujourd’hui, même si la recette n’est pas nouvelle, nous pouvons nous délecter d’une saga palpitante sans pour autant être estampillé geek.

Examinons un peu le contexte. La trilogie du  Seigneur des anneaux et ses tribulations hobbits a baissé le pont levis et permis aux non-initiés de mettre un pied dans une époque imaginaire, peuplée d’êtres multiples et différents, le tout vivant sous la plume de Tolkien. Ce monde était, avant sa mise en images par Peter Jackson, jusqu’ici resté réservé à une poignée d’aficionados, aux joueurs de Donjons&Dragons, aux passionnés de science-fiction, bref à des peuplades elles aussi étranges et mystérieuses pour bon nombre d’entre nous… D’un coup cet univers se dévoilait et prenait vie sur grand écran, désenclavant le style Fantasy pour entrer dans la culture dite populaire.

Prenez donc l’idée de base du genre (valeurs-honneur-quête) sans oublier d’y incorporer une trame suffisamment complexe, des personnages très étoffés, des luttes de pouvoir, de la noblesse comme de la trahison, ajoutez un peu de luxure, le tout dans un décor fantastico-médiéval et vous obtenez Game of thrones plus connu sous le titre Le Trône de fer.

À l’origine, il s’agit d’une saga, pas encore achevée, écrite par George R. R. Martin. Face au succès remporté par ces romans, le concept sera décliné en jeu de rôle, de société et de cartes. Pas de remous à la surface, seuls quelques (milliers de) fans du genre apprécient.

Le grand couronnement a eu lieu il y a quelques mois, quand débarque sur HBO la version télévisée. Certains ont peur du massacre, d’autres trépignent d’impatience. Et c’est au final une belle révélation. Aujourd’hui c’est une saison. Soit 10 épisodes de 52 minutes de pur plaisir ! L’intrigue est intacte, et le cliffhanger de chaque fin d’aventure est un savant mélange de frustration et d’excitation. Le grand public adhère, la magie opère, le pari est gagné.

Les puristes diront qu’ils sont loin du grand frisson procuré par la vision sur écran large des plaines de la Terre du Milieu. Certes, mais sur un tel format, retranscrire toute la complexité du récit sans perdre le téléspectateur sur le chemin est un tour de force, et il est réussi. Les acteurs sonnent juste, on en déteste certains à en être soulagé lors de leur mort, on choisit son camp à être fier de chaque victoire de son emblème. Game of thrones était donc la bonne surprise du printemps 2011.
Et nous voilà, printemps 2012. Les intrigues politiques des clans Stark, Lannister et autre Targaryen reprennent enfin.

Si tu n’es pas encore tombé dedans, saute sur l’occasion pour te faire la saison 1 d’une traite. Au pire, un moment de détente agréable bien loin des séries contemporaines. Au mieux, comme moi, tu auras envie de te plonger dans la saga en lisant les premiers tomes.
Et qui du lion ou du loup as tu choisi ?
 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s