La Saint Valentin…

En version post-jour J, un avis sur un fait qui a alimenté quelques conversations à la machine à café hier.
Parce qu’entre ceux que ça gonfle parce qu’ils sont célibataires…
Parce qu’entre ceux que ça gonfle parce qu’ils sont en couple…
Parce qu’entre ceux que ça gonfle parce qu’ils sont contre…
Parce qu’entre ceux que ça gonfle parce qu’ils sont pour…
Bah on ne sait plus trop où se positionner.

Moi je suis un peu entre tout ça.
Ni pour, parce qu’effectivement on n’attend pas une journée dans l’année pour montrer à l’autre qu’on l’aime.
Ni contre, parce que finalement c’est surtout se créer une opportunité pour penser à l’autre.
En célibataire, cette fête ne m’a jamais posé de problème, ni de ressentiment, ou en tout cas pas plus que les couples qui se roulent d’interminables pelles dans les couloirs du métro (« vous gênez là ohhh ! Et c’est sale là ohhh ! »). En couple, je n’ai pas d’attente particulière vis à vis de ce jour, je me contente d’y trouver une occasion de cuisiner et chouchouter mon cher et tendre.
Parce qu’on a beau dire « c’est tous les jours qu’il faut chouchouter l’autre » « c’est stupide d’attendre un jour dans l’année pour faire un cadeau », phrases avec lesquelles je suis d’accord, cependant vu la vie que nous menons, il y a bien des jours où on ne chouchoute pas l’autre, la routine prend le dessus, et on s’enroule dans la moelleuse couverture toute douce qu’est notre couple par habitude.

Alors finalement, se souvenir une fois par an au minimum à quel point on aime sa moitié, ce n’est pas si désuet. Je suis une adepte des cadeaux surprises, des week ends en amoureux, des diners au resto à deux sans avoir quelque chose à fêter de particulier, et des p’tits plats qui font plaisir, et oui, je cède aussi à la mouvance de la Saint Valentin.
Et puis, ça me permet aussi d’avoir des cadeaux… Et mon colocdevie en cadeaux, il s’y connait.

J’en profite pour partager un article avec toi que je trouve fort bien écrit et le regard porté est intelligent…

Publicités

8 réflexions au sujet de « La Saint Valentin… »

  1. Je ne suis pas trop d’accord avec l’article conseillé, mais je suis d’une époque que les moins de… ne peuvent pas connaître. Pourtant, j’ai suivi mon époque électronique, écouté les pulsions de mon cœur et de mon corps et j’ai rencontré mon amour au bout de ma rue.
    « Love is a battlefield » comme disait Pat Benatar, et j’élargirai à la life tout court. Soit on se résigne, soit on avance, et peu importe comment on s’y prend, si on avance on a plus de chance de croiser le chemin de quelqu’un d’autre que de rester seul, si tant est que l’objectif de ce chemin est de rencontrer quelqu’une, voire la fameuse « l’âme sœur ». En l’occurrence, je veux croire que « l’autre » est la cerise sur le sundae de la vie.
    Bisou-bite.

    • Justement, je crois que le bonheur n’est pas dans le « consommé-jeté » un peu comme l’exprime l’auteur de l’article. Aujourd’hui, on calcule tout… Nos compatibilités, nos thèmes astraux, nos points communs… Rien n’est naturel, on scrute les pages FB cherchant ce qui pourra nous rassembler ou nous séparer, alors que rien ne surpasse la découverte de ce qu’est l’autre.
      On veut voir comment sont préparés les plats à peine la devanture du restaurant aperçue, sans même penser à juste goûter.
      C’est dommage. On perd tout le mystère qui flotte autour de la rencontre, pour capitaliser sur ce qui nous liera. On va s’attarder (bêtement) sur ce qui peut nous déplaire « Le con il aime le reggae alors que je jure que par Aznavour » « La conne, elle met des joggings alors que je trouve ça moche ». A aucun moment on se dit que d’autres choses sont plus importantes que ces détails.
      Je ne crache pas sur les médias modernes pour trouver « l’autre », loin de moi l’idée de le faire, vu que je suis pour que chaque trouve son chat, mais y’a un moment où à force de tout vouloir tout de suite, dans un souci d’efficacité plus que dans celui de vivre le moment comme il se présente, on passe à coté de l’essentiel.

      • Mais nous sommes la preuve vivante du contraire… on a beau regarder du côté de la facilité, il y aura toujours un matou qui pointera son nez et qui ronronnera mieux que les autres. Mais à mon sens, c’est dans la recherche perpétuelle du bonheur que nous nous fourvoyons. Le bonheur est fugace, il ne dure que quelques instants qui ont valeur d’éternité. L’erreur est de « chercher » le bonheur. Il est déjà là.

      • Je suis bien d’accord.
        Je crois que j’ai un problème avec le tout rapide, le tout près, le fast-food de tout. Et la sur-consommation. Oui à la gourmandise, celle qui fait plaisir, pas à la gloutonnerie, qui ne rend rien savoureux, on se contente d’engloutir des tonnes de bonbons, baises, fringues, et autres joyeuzetés.

  2. Évidemment on ne peut pas corriger sur ce blog de pétasse.
    Alors, il fallait lire « quelqu’un» et pas « quelqu’une » et « la fameuse « âme-sœur » » et non cette affreuse redondance d’articles. Re-b-b.

  3. Moi ça me gonfle parce que je suis célib mais ça ne me déplairait pas d’avoir une occasion de plus de boire des verres et de partager un moment qu’avec mon mec. Pour moi, chaque prétexte est bon à prendre.

  4. Tout a va trop vite. Prendre son temps, déguster le temps présent devient un luxe. C’est probablement cette trop grande rapidité qui nous rend si stressés, frustrés. On devient comme ça.
    « L’éloge de la lenteur », « l’éloge de la paresse », « l’art de la simplicité », « la première gorgée de bière »… Quelques bouquins , des petits bijoux, à lire absolument pour remettre l’esprit à la bonne cadence ^^ !

    • En effet on est dans une société de consommation qui nous incite à engloutir en jouant sur la peur du manque inhérente à l’être humain…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s