La soupe…

Ce blog devient un blog culinaire. Je ne vais y parler que de macarons, verrines, mousse de jenesaisquoi, et d’autres délicieux mets à la mode, publiant des photos de mes créations pour bien te/t’en faire baver, y allant de mes petites annotations « C’est un essai, ce n’est pas très réussi mais je retenterai ce riz’o’ketchup qui a plu à toute la famille ».
OMFG !
Nan mais c’est une blague hein. Reviens bon sang d’bois !

Je pourrais céder à l’appel de la minuterie. Me mettre à décrire des bons p’tits plats concoctés par mes soins ou dégustés en extérieur (j’ai une facilité à aller au resto moi, c’est presque un don), néanmoins je ne t’infligerai pas des lignes de recette qui a mon sens n’ont de sens que si on a l’envie de se faire une pistounade de saint jacques aux légumes de saison, là de suite maintenant.
Bon, j’aime cuisiner.
Je pourrais souffrir du syndrome Bree Van de Kamp.
Je reçois souvent dans mon bourgeois penthouse donnant sur le parc (comprendre : mon 3 pièces donnant sur cour) histoire de passer 3 heures en cuisine, puis sourire en coin, rougir, rejeter mes cheveux en arrière et faire une moue faussement embarrassée quand j’entendrai le premier « Mmmm c’est bon dis donc », tout cela sera suivi d’un « Roooh c’est rien, c’est un truc vite fait hein » hypocritement faux. Je suis une manipulatrice gustative. D’ailleurs ma cuisine a joué un rôle important dans le chopage de mon coloc’devie mais là n’est pas le sujet.
Donc je cuisine. Et là, c’est un temps à soupe comme disait Mamy Jeanne.

J’aime la soupe (waou la révélation. Je sais ça bouleverse l’image que tu avais de moi). Toutes les butternuts et autres courges me font de l’oeil depuis le début de l’automne (je parle bien des légumineuses, enfin des trucs qui se mangent hein, pas des bobos naturo-fausses de mon quartier. Avec elles, on se toise). Tout ce joli monde coloré me guette depuis l’étal du primeur, n’attendant qu’un geste de ma part combiné à la séparation d’une partie de mon porte-monnaie, pour sauter dans mon faitout. Donc depuis quelques jours, on avale des litres de légumes broyés à la maison, en gardant le sourire. Enfin, nous essayons car l’homme, lui, préfère les patates sautées et les omelettes, autant dire qu’il vit un calvaire sans fin.
Ça me donne bien meilleure conscience quand je cède à l’appel de la raclette. Et celui de la truffade. Et celui de la tartiflette. Et celui du gras sous toutes ses formes.

Ahhhhhhhh comme j’aime l’hiver.
Bon appétit bien sûr.

Publicités

3 réflexions au sujet de « La soupe… »

  1. Ping : Cuisiner… | Encore un blog de pétasse…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s