Apple…

Comme une grande partie de la planète dite « riche » (parce qu’en Ethiopie ou au Bangladesh je pense qu’ils s’en cognent profondément), j’ai été réveillée par cette nouvelle et le grand « oh merde » de la moitié masculine.

Donc Steve « Apple » Jobs est décédé hier.

Le web ne fait qu’en parler depuis ce matin, et cela tourne en boucle sur France 24. Messages élogieux. Cours en bourse. Messages de soutien. Inquiétude.
On parle d’un empire, d’un énorme succès, d’une innovation, du patron de la décennie. L’histoire de la pomme croquée est expliquée et décortiquée.
Oui, il a compris l’importance du design.
Oui, il avait un peu de génie visionnaire dans ce type.
Oui, il menait d’une main de maître son entreprise.
Oui, il avait fusionné avec sa marque.

Je n’ai pas d’avis sur l’homme. J’en ai sur la marque qui a su s’engouffrer dans des marchés de niche et conquérir peu à peu le monde.
Je suis Apple-phile. J’ai un iPod, deux d’iPhones, un iPad et un Mac, et j’utilise ce petit monde tous les jours. J’apprécie leur faciès comme leurs fonctionnalités. J’adhère moins au « tout payant », même si les concurrents ne font pas mieux (je suis pour l’opensource en totale gratuité, c’est ça pour moi le vrai web).

Rien n’est jamais parfait en ce bas monde.
Ce type a poussé son entreprise à penser différemment, et ça a payé.
Je ne remercierai pas Steve Jobs, parce qu’il n’y a pas vraiment de raison de remercier un type qui me fait dépenser des dollars à la pelle pour des choses dont je n’ai pas un réel besoin, mais qui une fois entre mes mains, me deviennent indispensables… Juste un bon courage à la Pomme pour la suite, à Tim Cook pour maintenir le cap, et à tous ceux qui ont bossé dur pour construire le royaume Apple.

Eclate toi bien là-haut Steve, et si t’as l’occaz’, « let’s talk about iHeaven » !

(écrit depuis mon iPad)

Publicités

4 réflexions au sujet de « Apple… »

    • Je voulais m’offrir un nouveau MacBookPro depuis quelques temps, j’ai vu ça comme un signe.
      Commandé, il arrivera bientôt et je l’appellerai Steve.

      (écrit de mon iPhone – le 4, pas le 4S, j’en veux pas de celui là)

    • Je ne sais pas s’il manquera au monde mais je garde en mémoire une partie de son discours de 2005 à Stanford :
      « Me rappeler que je serai mort bientôt est l’outil le plus important que j’ai jamais trouvé pour m’aider à faire les choix importants dans ma vie. Car presque tout (toutes les attentes externes, toute la fierté, toute la peur de l’embarras ou de l’échec) disparaît face à la mort, ne laissant que ce qui est réellement important. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s